Pourquoi maîtriser sa E-réputation ?

Pourquoi maîtriser sa

E-réputation ?

La E-réputation c’est quoi ?

La E-réputation représente votre empreinte numérique et regroupe toutes les traces que vous laissez sur la toile. Dans un monde où internet a pris une place considérable au point que l’on ne passe pas une seule journée sans y être connecté, avoir une bonne « image » ou du moins la maîtriser en est d’autant plus important. Il faut savoir que l’on peut la maîtriser en partie seulement, car face au jugement qui sera porté sur vous ou votre entreprise vous n’aurez pas de possibilité de changer celui-ci. Il sera purement subjectif et dépendra de chaque personne. A relativiser, car « il n’y a pas de fumé sans feu » dit-on, et sauf dans de rares cas où une personne voudrait vous nuire, les commentaires négatifs ont souvent une cause. Rassurez-vous, vous pouvez tout de même influencer ces réactions de manière positive afin d’éviter les négatives, ou du moins les contrebalancer.

La e-réputation est ce que les gens pensent de vous et disent sur vous et non ce que vous dites sur vous ou votre entreprise.

La e-reputation est la somme de tous vos faits et gestes sur le web

Pourquoi y prêter attention ?

La e-réputation va vous permettre de véhiculer une image de vous ou de votre entreprise. Plus cette image sera positive, plus vous serez amener à conclure vos contrats ou à avoir un entretien.
Dans le cadre d’une entreprise, l’absence de considération de la e-reputation peut impacter le chiffre d’affaire.
Une mauvaise notation sur Facebook, Google… véhiculera un avis qui sera juger comme véridique par ceux qui vous chercherons. Il faut savoir que l’on prend bien plus en compte les avis de tiers plutôt que ceux venant de l’entreprise. Dans les faits, 88% des gens consultent les avis avant de faire un acte d’achat et 68% font confiance à ces avis qui leurs sont pourtant inconnus.

Comment en tirer un avantage ?

Analyser l’existant

Placez-vous du côté de celui qui vous cherche. Qu’entrera t-il comme mots clefs sur Google ? Faites une recherche incluant des guillemets pour plus de précisions sur les résultats : « prénom nom » « nom d’entreprise ». De cette manière vous accéderez au contenu concernant exclusivement ces mots clefs.
Observez aussi votre réputation sur les réseaux sociaux, est-ce que celle-ci nécessite d’être corrigée ou pas ?

 

Le plan à mettre en place pour améliorer sa E-réputation

Afin d’en tirer un avantage, que cela soit personnellement ou pour votre entreprise, il va falloir faire remonter des informations vous concernant afin « d’écraser » celles existantes et donc créer du contenu. Créer un blog, une page Linkedin, une page Facebook, Twitter, Instagram,… nombre de réseaux sociaux peuvent être la vitrine de votre réputation. Faites donc attention à ce que vous partagez dessus et quelle image vous véhiculez au travers.

Abonnez-vous à notre newsletter !


Santé au travail, sécurité, stress… les jeunes 40% plus touchés

Santé au travail, sécurité, stress…

les jeunes 40% plus touchés

La journée mondiale sur la santé au travail à été créée pour sensibiliser tous les acteurs (pouvoirs publics et entreprises) sur cette problématique. Globalement le nombre d’accidents du travail en France se stabilise. Cependant une population est plus en clin à avoir des accidents. Il existe 541 millions de jeunes travailleurs, entre 15 et 24 ans, dans le monde dont 37 millions effectuant des travaux dangereux. Ils représentent 15 % de la population active mondiale.

Les métiers à risques représentent un danger plus important pour les jeunes

Les jeunes bien plus touchés par les accidents du travail…

C’est une réalité du monde du travail, les jeunes travailleurs de 15 à 24 ans ont un taux d’accidents du travail 40% plus élevé que les travailleurs de plus de 25 ans. Et ce n’est pas parce que les jeunes aiment prendre des risques ou sont inconscient, non non… D’après une étude de l’INRS, en France, c’est un risque 2,5 fois plus élevé pour les jeunes travailleurs. Plusieurs raisons existent à cela et la « Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail » permet de mettre en lumière ce phénomène afin de responsabiliser autant les entreprises que les pouvoirs publics.

Les causes

Il existe plusieurs causes :

  • le développement physique et psychologique qui n’est pas à son stade final
  • le manque d’expérience et de formation est un des principaux facteurs
  • le manque de pouvoir de négociation qui peut les amener à accepter des tâches ou travaux dans de mauvaises conditions

Pour remédier à cela les pouvoirs publics ont mis en place un programme de formation sur la santé au travail dans les filières professionnelles de l’enseignement et voudraient l’étendre à toutes les formations initiales. Il a été observé, sur un panel de jeunes étudiants ayant reçu une formation à la sécurité et la santé au travail, 2 fois moins d’accidents sur une année.

Le stress au travail

Évidemment dans les domaines du marketing et de la communication, les accidents liés à la pratique d’une activité dangereuse ne sont pas « monnaie courante ». Cependant les risques liés à la santé sont bien plus présent. Le stress en fait partie et est un des facteurs le plus corrélé à nos méthodes de travail et plus généralement notre mode de vie. C’est dire tous les chiffres ou études qui sortent chaque année sur le sujet. Ce problème est bien souvent lié à :

  • un déséquilibre entre la charge de travail demandée à un individu et les moyens dont ils disposent pour répondre à celle-ci
  • les relations difficiles entre managers, responsables, collègues…
  • un manque d’autonomie
  • des objectifs mal définis

Ce stress, lorsqu’ils s’installent dans la durée aura forcément des conséquences négatives sur la santé du salarié et aussi sur sa capacité de concentration, son efficacité au travail. Bien souvent le stress n’est pas pris en compte par la hiérarchie qui remet uniquement en cause l’aptitude qu’a le salarié à s’adapter à son travail ou son efficacité et pas forcément ses conditions de travail. Cet état de fait empire donc le phénomène.

24% des actifs français…

D’après une étude du cabinet Stimulus, c’est la part des français touchés par le stress au travail, un chiffre assez alarmant. Ce sont d’ailleurs les femmes qui sont les plus touchées (28%), contre 20% pour les hommes. Chiffre toutefois à relativiser car 51% déclarent ne pas ressentir de stress.
Une tendance à ne pas négliger si l’on veut réduire durablement le nombre de burn-out et les dépressions qui sont des conséquences liés directement à ce facteur.

Abonnez-vous à notre newsletter !


Liberté de la presse en 2018 : 10 pays où la presse est la plus libre.

Liberté de la presse en 2018 :

10 pays où la presse est la plus libre

La journée mondiale de la liberté de la presse est chaque année célébrée le 3 mai. C’est un indicateur pertinent de la liberté d’expression et de la censure. De nombreux pays ont adopté ce droit comme fondamental et l’on inscrit dans leur constitution.

Peppermint agency vous présente les 10 pays où la liberté de la presse est la plus respectée et vous résume brièvement chacun des climats intérieurs actuels. Ce classement provient du site RSF qui le publie chaque année.

1- La Norvège

La Norvège est le meilleur élève. C’est d’ailleurs en 1874 que la constitution pose les jalons de la liberté de la presse. Les journalistes et médias ne subissent aucunes pressions ou censures venant des politiques. La transparence au niveau de la propriété des médias y est d’ailleurs une obligation légale.

2- La Suède

La Suède a adoptée en 1776 une loi concernant la liberté de la presse ce qui en fait le 1er pays à avoir adopté une telle mesure. C’est une valeur très respectée dans ce pays. Le texte va d’ailleurs plus loin et détermine aussi le droit à l’information pour les citoyens concernant les documents publics.

3- Les Pays-Bas

Le cadre légal est protecteur concernant la presse et les journalistes ont toujours revendiqués cette liberté. Cependant depuis quelques années, certains partis politiques remettent en cause les médias traditionnels. Une tendance qui est observée partout en Europe et déclenchée à cause d’enjeux comme l’immigration et les questions identitaires.

4- La Finlande

La Finlande dégringole dans le classement après 5 années passées à sa tête et se retrouve désormais à la 4ème position. Pour cause, c’est en 2017 qu’une affaire éclate : un personnage politique est soupçonné d’avoir émis des pressions sur des journalistes du média Yle. Information pourtant démentie par le média…

5- La Suisse

La Suisse fait preuve d’une véritable liberté de la presse et les citoyens sont aussi très attachés à leur service public en terme de média/presse. Elle reste tout de même 5ème, car les médias souffrent d’une crise depuis début 2018, ce qui provoque, fait rare, des grèves dans le pays.

les-meilleurs-pays-liberte-de-la-presse-1200x1600

La France (33ème) et les Etats-Unis (45ème) ne sont pas de bons élèves…

6- La Jamaïque

Cette île de la mer des Caraïbes fait partie des pays dans le monde où la presse est la plus libre. Depuis 2009, année où la police de Kingston avait fait des abus de pouvoir, il n’a pas été constaté d’autres cas similaires menaçant la liberté de la presse.

7- La Belgique

Ce pays est divisé en 2 entités linguistiques : la partie flamande et l’autre francophone. La monarchie jouit d’une belle liberté de la presse et la loi sur la protection des sources journalistiques est une des plus protectrices au monde. Notons que la propriété des médias est très concentrée, ce qui est un point commun avec la France.

8- La Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande signe une presse libre mais qui subit des pressions économiques et politiques récurrentes. La diversité médiatique n’est pas reine dans ce pays où les classes politiques ne sont pas des plus coopératives pour répondre aux demandes des journalistes.

9- Le Danemark

Ce pays est un très bon élève. Il a cependant perdu 5 places après le décès en 2017 de la journaliste suédoise de 30 ans, Kim Wall. La liberté d’expression est garantie dans le pays par la constitution.

10- Le Costa Rica

De la 6ème place à la 10ème, le Costa Rica reste le pays d’Amérique latine le mieux noté. Un fort niveau de concentration des propriétaires de médias est à noter. Par ailleurs, des pressions sont exercées lors des périodes électorales, ce qui explique que le Costa Rica soit relégué à cette place.

Source : https://rsf.org/fr/classement#

Abonnez-vous à notre newsletter !